Le CSA épingle RMC pour une émission avec le Pr Perronne

Le gendarme de l’audiovisuel reproche à la radio de n’avoir pas « maîtrisé son antenne » lors d’un débat sur la pandémie de Covid-19 le 31 août dernier.

C’est dans le Journal officiel de ce mercredi. La radio RMC s’y fait épingler par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour avoir manqué de « rigueur », « d’équilibre » et de « maîtrise de son antenne » lors d’une émission fin août avec le professeur Christian Perronne.

L’infectiologue avait, le 31 août, durant le « Grand oral » de l’émission « Les grandes gueules », tenu des propos controversés sur la pandémie de Covid-19 – niant la reprise de l’épidémie, notamment en assurant qu’elle « ne tue plus » -ainsi que sur la maladie de Lyme et le paludisme, son cheval de bataille depuis des années. Quatre jours plus tôt, pourtant, les données publiées par Santé publique France attestaient de la reprise de l’épidémie, avec une hausse des nouvelles hospitalisations et des admissions en réanimation.

«Cet invité était le seul membre du corps médical présent en plateau », déplore le CSA, soulignant que ses « déclarations n’ont pas fait l’objet d’une contradiction suffisante ». « Dès lors, l’éditeur (RMC, NDLR) ne peut être regardé comme ayant fait preuve d’honnêteté et de rigueur dans la présentation et le traitement de l’information sur la pandémie », estime le gendarme des médias. L’absence de contradiction en plateau « caractérise un défaut de maîtrise de l’antenne », tancent les Sages.

Christian Perronne , 31 Aout , Grand Oral

Cette décision du CSA surprend Olivier Truchot, co-présentateur des « Grandes Gueules », qui a interrogé ce jour-là sur RMC et RMC Story le médecin dans le cadre de la promotion de son ouvrage, qui lui a valu d’être invité dans plusieurs émissions. « Le professeur Perronne a fait la tournée des plateaux avec la sortie de son livre. Ça tombe sur nous, pourquoi ? Je ne savais pas que le CSA, autorité administrative dont le président est nommé par le chef de l’Etat, était habilité à reprocher aux journalistes les questions qu’ils n’ont pas posées. J’en prends bonne note », indique le journaliste, contacté par « Le Parisien ».

Une théorie sur la maladie de Lyme «créée en laboratoire »Le CSA répertorie d’autres propos contestables sur l’utilisation de l’hydroxychloroquine comme traitement contre le Covid-19 et sur la supposée efficacité d’un traitement antipaludéen à base de tisanes d’artemisia.

En outre, Christian Perronne a exprimé son soutien à une théorie sur la maladie de Lyme, qui estime que l’affection transmise par les morsures de tiques a été « créée en laboratoire [par l’armée américaine] par un ancien nazi ».

Le Pr Perronne « s’est exprimé de façon extrêmement péremptoire sur l’ensemble de ces questions, sans que les thèses qu’il avance […] n’aient été véritablement discutées », insiste le CSA. « Seules ses opinions ont été présentées, aboutissant à un déséquilibre marqué dans le traitement de ces sujets ». «

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042866406?fbclid=IwAR0ySMlHUvGW4mpgeyDe974eC_H1ymDwqfjp0ZPIew6VnI7uCztA3osBvg8

Covid-19 : Audition de Didier Raoult au Sénat

15 Septembre 2020

Le Professeur Raoult, directeur de l’institut hospitalo-universitaire en maladies infectieuses de Marseille était auditionné par la commission d’enquête du Sénat. Hydroxychloroquine, tests, données internationales… Plusieurs sujets ont été abordés par les sénateurs.


Hydroxychloroquine : échange tendu entre Didier Raoult et le sénateur Jomier

Le professeur Raoult était auditionné au Sénat ce 15 septembre, dans le cadre de la commission d’enquête sur la gestion de la crise de la Covid-19. Pour retrouver l’intégralité de l’audition, c’est ici :

15 Septembre 2020