400.000 doses du vaccin AstraZeneca snobées par les soignants vont servir au public

Olivier Véran, ici photographié durant le point presse gouvernemental du jeudi 4 mars sur l'épidémie...

Alain JOCARD / AFP / POOLOlivier Véran, ici photographié durant le point presse gouvernemental du jeudi 4 mars sur l’épidémie de covid-19, a annoncé que 400.000 doses de vaccin AstraZeneca non utilisées par les soignants seraient mises à disposition du grand public.

CORONAVIRUS – C’est une nouvelle qui va réjouir de nombreux Français autant qu’elle risque d’entamer la patience de l’exécutif. Ce vendredi 5 mars, au micro de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV, le ministre de la Santé Olivier Véran a fait savoir que le France allait mettre à disposition des centres de vaccination contre le covid-19 400.000 doses du vaccin produit par AstraZeneca

Des vaccins qui étaient normalement réservés pour le personnel soignant, ainsi que les pompiers, les ambulanciers et les aides à domicile, mais qui n’ont pas été demandés par ces derniers. 

Résultat: les doses vont être récupérées par les centres de vaccination et proposées au grand public (pour ceux qui font partie de la tranche des 50-64 ans atteints de maladies les exposant à des formes graves du covid-19). 

Sauf qu’à l’heure où l’exécutif ne cesse de rappeler au personnel soignant qu’il est important qu’il se fasse vacciner, “pour eux et pour leurs malades” (Olivier Véran va envoyer un courrier à cet égard ce vendredi), cette annonce montre surtout que la défiance perdure au sein de la population française et en l’occurrence de ceux qui sont le plus au contact des personnes fragiles. 

“Les soignants, comme d’autres catégories de Français ont pu hésiter avant d’accepter de se faire vacciner”, a quand même tenté de minimiser Olivier Véran ce vendredi matin. “Je suis convaincu que le taux de couverture vaccinale des soignants va augmenter dans notre pays”, a-t-il finalement assuré. 

Jeudi 4 mars, à l’occasion d’un point presse donné en compagnie du Premier ministre Jean Castex, Olivier Véran avait déjà insisté à ce propos. “Quand on est soignant, il est de notre responsabilité de se protéger soi-même et d’éviter d’exposer ceux dont on prend soin”, lançait-il, alors que moins d’un soignant sur trois dans le pays s’est pour l’heure fait vacciner. 


Questions aux journalistes

auteur : Pierre Barnerias

A quelques jours de la nouvelle année j’aimerais interroger mes confrères journalistes…

Pourquoi, depuis 10 mois, aucune investigation sérieuse n’a été menée sur l’ origine de ce virus suite aux propos accusatoires du Pr Montagnier et les doutes récents émis par le CNRS ? Pourquoi ?Pourquoi aucune enquête sur l’énorme et préjudiciable scandale du Lancet ? Pourquoi ?

Pourquoi aucune enquête sur l affaire du Remdesivir qui n’a rien à envier à celle du Lancet ?Pourquoi aucune enquête sur les dommages collatéraux de toutes ces mesures liberticides: suicides en triple hausse, tout comme le nbre de femmes tuées sous les coups de leurs conjoints, enfants violés, personnes décédées suite à un arrêt cardiaque car impossible de le prendre en charge, désordres psychologiques aggravés chez les enfants, commerçants à la rue, entreprises en faillite, etc … ?

Pourquoi aucune enquête sur ces mesures qui marqueront l’Histoire d’une empreinte délétère? Pourquoi ?Pourquoi les médecins ont-ils été interdits de prescrire un médicament jusqu’alors en vente libre? Du « jamais vu ».Aucune enquête. Rien Et que dire encore de ces centaines de milliards qui tombent du ciel par magie alors qu on avait encore du mal à trouver qq millions pour nos hôpitaux en 2019.Qui va payer ? Et surtout comment ?.. La aussi pas de réponses Le traitement de cette épidémie a été monocorde. Aucun autre point de vue hormis celui des autorités sanitaires, sagement et savamment relayé.

Et moi qui pensait que la presse était un contre pouvoir. Il semblerait que non…Le 4ème Pouvoir peut-être….Et pourtant, vous représentez le premier des pouvoirs pour moi, devant celui de l’Etat, devant celui de la Finance.

En 40 ans, nous sommes devenus des vrp de la propagande. Cette situation ubuesque où l’on enferme des peuples pour, parait-il, les protéger d’un virus dont on survit à 99,95 % a été rendue possible uniquement grâce à votre allégeance sans faille aux agences de presse internationales dont vous lisez avidement et relayez sans conteste les dépêches.

A qui profite cette voix mais aussi cette voie, unique pour ne pas dire inique? A personne.Je ne peux que faire ce triste constat pour avoir été à votre place quand je présentais les journaux et que l’ info ne dépendait que d’une seule source: l’ AFP.Cette crise vous a conduit à inventer et utiliser des néologismes à défaut d’investiguer sur les méandres de ce labyrinthe sanitaire.« Rassuriste » et « complotiste » sont devenus votre « gargarisme » quotidien….Je vous propose donc d’enrichir votre vocabulaire avec« questioniste », ce « bourricot » qui pose des questions pour avoir des réponses, celui qui reste dubitatif en face d’une déferlante pour ne pas dire un tsunami d’annonces contradictoires que le bon sens a déserté.

Il aura un avantage certain pour vous, celui de la fantaisie…que pensez-vous de « dubitatiste » ? Ne m’ en voulez pas de ces quelques remarques, je sais que nombre d’ entre vous font ce métier par passion et en toute sincérité en se sachant aussi prisonniers….


source : https://www.facebook.com/barnerias.pierre/posts/10158316251518802