Le grain de sable dans la machine

Le Covid-19 a-t-il grippé la grande machine libérale ? Depuis bientôt un an, la pandémie mondiale a mis en évidence la faiblesse de nos systèmes de santé, mais elle souligne surtout l’immunité défaillante de nos démocraties, affaiblies par les crises économique et climatique. Exposant les citoyens à une régression des libertés fondamentales, elle pousse entreprises et États à faire des choix cruciaux. Faut-il alors abandonner le modèle économique qui a contribué au surgissement de ce virus et alimenté le réchauffement de la planète ?
Tourné à travers le monde, le film revient sur les événements de l’année passée et combine les approches de sociologues, scientifiques, politiques et philosophes. Entremêlant information, récit et émotion, il entrechoque la réalité avec une certaine forme de poésie… salvatrice.


L’effet « reine rouge » : l’économie face aux contraintes physiques et énergétiques d’un monde aux dimensions finies.

Conférence de Gaël Giraud, Chef économiste de l’Agence Française de Développement (AFD).

Titre : L’effet « reine rouge » : l’économie face aux contraintes physiques et énergétiques d’un monde aux dimensions finies.

10 Avril 2019

Résumé : Il s’agira d’exposer quelques uns des enjeux d’une réinscription de l’économie dans le cadre général posé par les contraintes matérielles et thermodynamiques, macro-économiques et historiques.

Gaël Giraud discutera l’intérêt de ces enjeux pour le développement durable et la contribution de la France à l’Aide publique au développement. Conférence donnée le 8 novembre 2018 à Grenoble dans le cadre du cycle « Grands séminaires ISTerre ». Conférence organisée par l’Institut des Sciences de la Terre de Grenoble (ISTerre).

Montage et diffusion en collaboration avec l’équipe STEEP et le cycle de conférences « Comprendre et Agir ». En savoir plus sur le cycle « Comprendre et Agir » : https://team.inria.fr/steep/seminars/…


Gaël Giraud – Après la privatisation du monde

Gaël Giraud proposera une relecture de la trajectoire européenne allant du vaste mouvement de réformes des XIe-XIIe siècles jusqu’à la crise actuelle de l’économie, en passant par la querelle franciscaine du XIIIe siècle sur la propriété, les Variations Goldberg de Bach et l’œuvre de Kant. Cette trajectoire sera étudiée au prisme de quatre grande catégories de nature théologique et politique. A savoir : le publicum, le stämmig (le tribal/féodal), le private et le commun. Partant de l’idée que l’invention de ces catégories, leur usage et les institutions qui s’y adossent, ont largement structuré l’histoire de l’Occident européen, la conférence cherchera à mettre en évidence un sens, une direction qui, aujourd’hui, semble s’abîmer dans la tentative de privatisation du monde, laquelle, parce qu’elle détruit toute solidarité, conduit inévitablement à la résurgence du modèle féodal – aussi bien du côté des élites que de celui des classes populaires. La conférence proposera quelques pistes pour ouvrir une voie capable de surmonter ces impasses. C’est de la réinvention d’une articulation entre le publicum et le commun dont dépend l’avenir de notre modernité.

8 janvier 2019

Fellow associé de l’Institut d’études avancées de Nantes, chef économiste à l’Agence française de Développement et directeur de recherche au CNRS, Gaël Giraud est aussi doctorant en théologie catholique. Ancien élève de l’École normale supérieure (rue d’Ulm), il est diplômé de l’ENSAE, titulaire d’un doctorat de mathématiques appliquées de l’École polytechnique, professeur d’économie à l’École nationale des Ponts et Chaussées et directeur de la Chaire Énergie et Prospérité. Il a publié une quinzaine d’articles de recherche dans des revues académiques anglo-saxonnes en économie et quatre ouvrages dont La Théorie des jeux (Flammarion, 2005), 20 Propositions pour réformer le capitalisme, (Flammarion, 2009), Le Facteur 12, pourquoi il faut plafonner les revenus, avec Cécile Renouard (Carnets Nord, 2012) et Illusion financière (Les Éditions de l’Atelier, 2013).

Les mardis de l’IEAoLU sont un cycle de conférences organisé dans le cadre du partenariat de l’IEA avec le Lieu unique, chaque deuxième mardi du mois (à 18 heures) et ouvert au public (entrée libre). L’intervenant invité présente un sujet et un chercheur résident de l’IEA donne un éclairage complémentaire (en tant que « discutant »). La discussion s’engage ensuite avec le public. Chaque conférence traite, en français, d’un grand sujet de société et d’actualité ayant une forte dimension internationale.