PRINCIPE DE PRÉCAUTION : DEUX POIDS, DEUX MESURES AVEC KARINE LACOMBE

PRINCIPE DE PRÉCAUTION : DEUX POIDS, DEUX MESURES AVEC KARINE LACOMBE. Karine Lacombe déclare que ne pas nuire est un principe éthique en médecine extrêmement important. Mais entre les traitements et les vaccins, elle semble avoir choisi ! Cette chercheuse et infectiologue française, cheffe de service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine à Paris, a jugé que les risques concernant l’utilisation de hydroxychloroquine étaient plus importants que les bénéfices et qu’il valait mieux s’astenir de la prescrire. Quant au Remdesivir, même si on n’en connaissait pas tous les effets, et même s’il n’était pas un « remède-miracle », selon elle il était « prometteur » et de bon ton de l’utiliser au sein d’un « arsenal thérapeutique ». Par rapport aux vaccins, même si elle dit elle-même qu’on n’en connaît pas encore les effets secondaires sur le moyen et long-terme et qu’il faut prendre des précautions, elle espère avoir les premières doses au premier trimestre 2021 en Europe, et en France, avant l’été 2021.

Nous rappelons que selon l’ANSM elle-même, la très grande majorité des gens guérissent spontanément : https://www.facebook.com/magazine.nex… Vidéo accessible sur Facebook : https://www.facebook.com/magazine.nex… 👉 Sources des vidéos : Le Monde, 27 mars 2020 : https://youtu.be/XwVhWLloXnQ RMC, le 30 avril 2020 : https://youtu.be/Pqbu-bG9CJE France 24, le 26 mai 2020 : https://youtu.be/pqRup5LEJq0 Kombini News, le 13 novembre 2020 : https://www.facebook.com/watch/?v=668…


Conflits d’intérêts : à partir de 12 on a un foyer épidémique ?

Cet article reprend et complète celui de juin dernier. La crise récente a fait ressortir les polarités ainsi les décisions parfois surprenantes de médecins qui tiennent aussi des rôles consultatifs ou exécutifs dans les hautes instances (Conseil Scientifique, Haut Conseil de la Santé Publique). 

Le professeur Perronne a rappelé avoir mis en place un système de déclaration des conflits d’intérêts avant toute prise de décisions, allant jusqu’à exclure les personnes des décisions ou débats si besoin est.  Début 2020, le collectif Data+Local recoupait les données de la base Transparence Santé, mise en place après le scandale du Médiator. Les 30 000 praticiens répartis en 32 CHU du territoire se sont partagés plus de 92 millions, auxquels s’ajoutent quelque 78 millions d’euros versés au titre notamment de conventions passées entre les CHU et les laboratoires. Tout cela ne prend bien sûr pas en compte les aides versées aux associations de victimes et ou patients.

Hier, dans un documentaire Enquête exclusive à charge contre le Pr. Raoult, le Dr Bergmann est apparu sans déclarer ses liens d’intérêts de 992 000 euros avec l’industrie pharmaceutique et plusieurs dizaines de contrats dont les montants ne sont pas déclarés. 

Ce contenu n’est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Il prend la première place devant le Pr Raffi (541 000 euros) qui a avoué être à l’origine des menaces de mort contre le Pr. Raoult et qui perd ainsi sa première place qu’il tenait devant le Pr Reynes de Montpellier (291 000 euros) et la Pr Karine Lacombe avec 212 000 euros. Elle perd sa place du podium et pourra se consoler avec sa récente nomination pour la Légion d’honneur. Cela fait donc 4 anti-Raoult aux premières places. 

Voici le Top 14 du classement des revenus récents versés par l’industrie pharmaceutique

N°1. La Palme d’Or revient au Pr Jean-François Bergmann avec 992.000 €, dont 216.000 € de AbbVie et 162000 € de Sanofi. Il est cardiologue à l’hôpital Lariboisière. Ancien président de la Commission d’autorisation de mise sur le marché. Déjà épinglé par Cash Investigation pour ses conflits d’intérêts dans l’affaire du Crestor où il aurait pris part à un vote en faveur du Crestor alors qu’il touchait une rémunération d’Astra Zeneca.  Rappelons que ce laboratoire est en lice pour un des vaccins contre la Covid.Des liens d’intérêts qui sont aussi « affectifs » :   N°2. Ancienne Palme d’Or, le Pr François Raffi de Nantes reste très bien placé. 541.729 €, dont 52.812 € de Gilead. Est-ce un hasard si on nous apprend que le coup de téléphone anonyme pour menacer Didier Raoult, s’il persistait avec l’hydroxychloroquine, est parti du téléphone portable du service d’infectiologie du CHU de Nantes, dont François Raffi est chef de service ? Sûrement une pure coïncidence.

N°3. Le Pr Jacques Reynes de Montpellier. 291.741 €, dont 48.006 € de Gilead et 64.493 € d’Abbvie. Or Jacques Reynes a été sollicité par Olivier Véran pour piloter l’essai clinique du protocole Raoult à Montpellier alors qu’il est en même temps le coordinateur national de deux études sur le remdesivir pour le compte de Gilead. Il n’avait sûrement pas eu le temps d’envoyer au Ministre sa Déclaration publique d’intérêts (DPI).

N°4. La Pr Karine Lacombe de Paris – Saint Antoine. 212.209 €, dont 28.412 € de Gilead. Elle est sur la dernière marche du podium, mais l’essentiel est d’y être. Il n’y a pas que le podium avec les Ministres à Matignon.

N°5. Le Pr Jean Michel Molina de Paris – Saint Louis. 184.034 €, dont 26.950 € de Gilead et 22.864 € d’Abbvie. Or Jean-Michel Molina est co-auteur d’un article publié dans Médecine et Maladies Infectieuses sur quelques cas, pour dire que l’hydroxychloroquine ne marche pas. Médecine et Maladies Infectieuses est le journal officiel de la SPILF (Société de Pathologie infectieuse de Langue Française).

N°6. Le Pr Gilbert Deray de Paris. 160.649€. Une belle somme pour un néphrologue qui très présent sur les plateaux télés. Attention le remdesivir peut être très toxique pour les reins.

N°7. Le Pr Jean-Paul Stahl de Grenoble. 100.358 €, dont 4.552 € d’Abbvie. A noter que cette somme n’a pas été déclarée sur sa DPI. Or Jean-Paul Stahl est rédacteur en chef du journal Médecine et Maladies Infectieuses. C’est lui qui a comparé le Plaquénil* au papier toilette.

N°8. Le Pr Christian Chidiac de Lyon. 90.741 €, dont 16.563 € de Gilead. Or Christian Chidiac est président de la Commission Maladies transmissibles du Haut Conseil de la Santé Publique qui a rendu le fameux Avis interdisant l’hydroxychloroquine, sauf aux mourants et demandant d’inclure les malades dans les essais officiels (donc Discovery). Son adjointe, la Pr Florence Ader, citée ci-dessous, est l’investigatrice principale de Discovery. Pure coïncidence.

N°9. Le Pr Bruno Hoen de l’Institut Pasteur. 82.610 €, dont 52.012 € de Gilead. A noter que sur sa DPI, il a noté n’avoir reçu que 1000 € de Gilead ! Or Bruno Hoen a attaqué l’équipe de Marseille dans un courriel du 18 mars 2020, partagé avec tous les infectiologues.

N°10. Le Pr Pierre Tattevin de Rennes. 79.956 €, dont 15.028 € de Gilead. A noter que sur sa DPI, comme son prédécesseur, il a noté n’avoir reçu que 1000 € de Gilead ! Ca doit être le surmenage. Or Pierre Tattevin est président de la SPILF. Cette Société savante a attaqué l’hydroxychloroquine pour encourager les inclusions dans Discovery, ainsi que dans les autres études par tirage au sort avec des groupes de patients non traités (études randomisées).

N°11. Le Pr Vincent Le Moing de Montpellier. 68.435 €, dont 4.776 € de Gilead et 9.642 € d’Abbvie. Or Vincent Le Moing pilote, avec son patron Jacques Reynes cité ci-dessus, l’essai clinique de Montpellier.

N°12. Le Dr Alain Makinson de Montpellier. 63.873 €, dont 15.054 € de Gilead. Or Alain Makinson participe à l’étude de Montpellier avec Jacques Reynes et Vincent Le Moing. Un beau trio. Montpellier est très bien représentée.

N°13François-Xavier Lescure de Paris – Bichat. 28.929 €, dont 8.621 € de Gilead. Or François-Xavier Lescure est l’adjoint de notre célèbre Yazdan Yazdanpanah qui est dans le Conseil scientifique Covid-19. Il a publiquement critiqué l’équipe de Marseille pour discréditer l’hydroxychloroquine. Il est co-auteur de l’étude très contestable sur le remdésivir de Gilead, publiée dans le New England Journal of Medicine. Or cette étude n’a aucune méthodologie.

N°14. La Pr Florence Ader de Lyon. 11.842 € , dont 3.750 € de Gilead. Or Florence Ader est l’investigatrice principale de Discovery. 

A partir de douze, ça commence à faire un foyer épidémique !


Enquête ouverte contre Karine Lacombe pour diffamation envers Didier Raoult

  • timer< 1 min
  • today2021-01-21 09:58
  • create2021-01-21 07:38
  • person
  • linkfrancais.rt.com

Une information judiciaire pour diffamation a été ouverte contre la chef de service des maladies infectieuses de l’hôpital Saint-Antoine de Paris pour des propos tenus à l’encontre du professeur marseillais.

Le professeur Karine Lacombe, chef de service des maladies infectieuses de l’hôpital Saint-Antoine de Paris, est visée depuis le 31 décembre dernier par une procédure judiciaire pour diffamation envers le professeur Didier Raoult, selon 20 minutes.

L’information judiciaire porte sur des propos tenus à la radio fin juillet 2020. La médecin habituée des plateaux de télévisions (BFM TV, TV5 Monde, La Chaîne parlementaire…) avait affirmé qu’il y avait «des actions en justice pour mensonge devant la commission parlementaire en cours» à l’encontre de son confrère marseillais.

Contactée par 20 minutes, la procureur de la République de Marseille Dominique Laurens confirme un «réquisitoire introductif» prononcé le 31 décembre dernier dans ce dossier, «sur une plainte avec constitution de partie civile et la consignation versée par monsieur Raoult».


Enquête ouverte contre Karine Lacombe pour diffamation envers Didier Raoult

  • timer< 1 min
  • today2021-01-21 09:58
  • create2021-01-21 07:38
  • person
  • linkfrancais.rt.com

Une information judiciaire pour diffamation a été ouverte contre la chef de service des maladies infectieuses de l’hôpital Saint-Antoine de Paris pour des propos tenus à l’encontre du professeur marseillais.

Le professeur Karine Lacombe, chef de service des maladies infectieuses de l’hôpital Saint-Antoine de Paris, est visée depuis le 31 décembre dernier par une procédure judiciaire pour diffamation envers le professeur Didier Raoult, selon 20 minutes.

L’information judiciaire porte sur des propos tenus à la radio fin juillet 2020. La médecin habituée des plateaux de télévisions (BFM TV, TV5 Monde, La Chaîne parlementaire…) avait affirmé qu’il y avait «des actions en justice pour mensonge devant la commission parlementaire en cours» à l’encontre de son confrère marseillais.

Contactée par 20 minutes, la procureur de la République de Marseille Dominique Laurens confirme un «réquisitoire introductif» prononcé le 31 décembre dernier dans ce dossier, «sur une plainte avec constitution de partie civile et la consignation versée par monsieur Raoult».