Dr Louis Fouché : le défi de la parité et de la vérité sur le Covid-19

Nexus a eu l’occasion de rencontrer le médecin anesthésiste et réanimateur Louis Fouché (fondateur de ReinfoCovid) dans un cadre exceptionnel, le 20 février, en prenant de la hauteur sur le massif de Pastré à Marseille. Dans cet entretien long format, il nous livre son analyse claire et rigoureuse de la gestion du Covid-19 en France en s’appuyant sur son expérience du terrain et la littérature scientifique disponible. Armé d’un solide bagage en anthropologie de la technique, il nous explique également les raisons pour lesquelles la technique et la technologie ont pris une place trop importante dans nos sociétés et comment elles influencent négativement nos protensions collectives durant cette crise sanitaire. Il prône un retour à des protensions collectives positives et nous donne toutes les clés pour bien comprendre ces concepts majeurs. L’idée, selon lui, n’est pas de prouver que tel ou tel traitement fonctionne pour soigner le Covid-19, mais de refaire société tous ensemble en priorité. Il dresse néanmoins un tableau des approches thérapeutiques qui permettent de prévenir ou de soigner la maladie et qui ne sont pas ou peu relayées par les médias mainstream et par l’Etat, maintenant ainsi la plupart des Français dans la peur d’une maladie apparemment sans traitements efficaces.

Louis Fouché , 26 février 2021

Louis Fouché et Carlo Brusa en lutte contre le masque obligatoire à l’école

Louis Fouché et Carlo Brusa en lutte contre le masques obligatoires à l’école pour les enfants envers le coronavirus. Le docteur Louis Fouché du collectif REINFO COVID, et Maître Carlo Brusa de l’association Réaction 19 constate l’avancement des efforts fait dans la lutte contre les masques obligatoires pour les enfants à l’école, et ils discutent le travail en cours. Louis Fouché et Carlo Brusa essayent de sensibiliser les directeurs d’école, et constate d’ailleurs que certains le sont et que d’autres sont en voie de l’être pour de bon. Maître Carlo Brusa fait part du témoignage d’un enfant qui le remercie de ne plus avoir de masque obligatoire à porter à l’école.


« Le masque chez les enfants, quelles conséquences? »

Conférence de presse du Collectif Santé – Réinfo Covid Suisse, du 19-02-2021. site: https://collectif-santé.ch​ ( ou https://xn--collectif-sant-okb.ch/​)

Avec la participation de: Collectif Parents: https://collectif-parents.ch/​ Collectif Enseignants et Educateurs: collectifromand.ens.edu@gmail.com

Le Virus des Libertés: Contact@virusdeslibertes.ch

Lausanne , 19 février 2021

Bacteria is growing on your mask

  • timer1 min
  • today2021-02-08 11:30
  • linkmsn.com

How much bacteria is on your face mask?

Doctors say after each wear, bacteria from even a healthy wearer’s own respiratory droplets collect on the inside of a mask and could contain airborne pathogens.

Even more, many users choose to reuse the same mask for multiple days without properly sanitizing the cloth. 

Doctors agree we should all be wearing PPE.

Caption: CBS12 Reporter Lena Salzbank speaks with FAU Professor who says wear a mask but wash it. (WPEC){p}{/p}

Doctor Patrick Grant, a microbiologist working at FAU says you should wear a mask but make sure to wash it often as fungus and bacteria can accumulate quickly.

« Masks are really the most effective measure we have right now in preventing the transmission of the coronavirus, » said Grant. « So we need to be conscious of what we do with them. »

Video taken from under a microscope at FAU shows a wide range of micro-organisms including bacteria, yeast, and fungus.       

Grant said, « It’s very common that we will eat and then put our mask back on and if we are sweating a little we are creating a really nice soup for this bacteria. »                                                               

Professor Grant tells CBS12 news, most of the gunk in our masks won’t hurt you unless you let it build up. He adds that borrowing somebody else’s mask, however, is still a bad idea.

Grant suggests that families refrain from sharing masks, and suggests everyone wash their hands after touching a uses cloth mask.

After working on ways to kill viruses and bacteria, Dr. Grant says UV light has proven to be 99.9 percent effective and is currently producing a product of his own.

« We could fit it in here UV radiates it and in a minute or two we found it kills nearly all bacteria and fungus, » said Grant.

 The same effects are found to kill other organisms and bacteria found on a dirty mask.

See also: FAU study suggests DIY masks made of quilting cotton most effective

Despite a build-up of bacteria throughout the day, doctors say it is important to continue wearing masks in public, as face coverings are still a defense against the coronavirus. 


Vaucluse : une école fermée à cause de mystérieux symptômes

  • timer2 min
  • today2021-02-06 22:41
  • personGuillaume Poingt
  • linklefigaro.fr

L’école Jean-Moulin de Pernes-les-Fontaines sera fermée jusqu’au 15 février.

Que se passe-t-il du côté de l’école Jean Moulin de Pernes-les-Fontaines ? Au cours des derniers jours, des élèves de cette école élémentaire du Vaucluse ont présenté des symptômes tels que des endormissements soudains, des nausées, des céphalées ou encore des douleurs abdominales. Selon la préfecture du Vaucluse, ces symptômes sont «sans signe de gravité».

À lire aussi :Val-d’Oise : sur le chemin de l’école, des lycéens agressés à plusieurs reprises

Par mesure de précaution, l’accueil des enfants au sein de l’école a tout de même été suspendu à compter du jeudi 4 février jusqu’au lundi 15 février. Cette suspension va permettre à la préfecture du Vaucluse de mener des investigations en lien avec l’Agence régionale de santé (ARS) et Santé Publique France.

Des contrôles en cours

«Des analyses ont été réalisées dans les locaux sur les fluides (eau, air) ainsi que l’alimentation. À ce stade, les premières analyses n’ont révélé aucune anomalie et les contrôles se poursuivent», indiquait la préfecture du Vaucluse dans un communiqué publié mercredi soir.

Dans un autre communiqué, de vendredi soir, la préfecture précisait : «les contrôles de l’environnement vont se poursuivre avec un diagnostic de la ventilation, la mesure, dans les classes, des paramètres de confort (CO2, température hygrométrie) et des mesures de qualité de l’air notamment formaldéhyde et benzène».

Pas de lien avec le Covid-19 ?

Forcément, en pleine épidémie de Covid-19, les symptômes des élèves interpellent et inquiètent. «Il n’y a pas de cas COVID 19 diagnostiqués, les dépistages ayant été effectués tant auprès des élèves que des parents s’étant révélé négatifs», précisait mercredi soir la préfecture du Vaucluse dans son communiqué.

Mais l’autre communiqué, diffusé vendredi soir, vient jeter le trouble. «Le 4 février, un cas positif COVID-19 a été détecté chez une élève de CM1-CM2 (…) Ce vendredi 5 février, un second cas positif COVID-19 a été détecté au sein de l’école maternelle Jean Moulin qui jouxte l’école primaire», est-il écrit, sans qu’on sache réellement s’il y a un lien entre les symptômes constatés et le Covid-19.

Contacté par Le Figaro, le collectif «Parents Ventoux 84» a quant à lui une autre thèse. «La piste du port prolongé du masque, et de l’intoxication au CO2, doit être vérifiée absolument», indique ce collectif. «Le taux d’oxygène des élèves mesuré par le médecin scolaire par un oxymètre confirme un taux en dessous de la norme», précise le collectif.

Un point de situation sera réalisé par les autorités afin d’envisager la réouverture de l’établissement le lundi 15 février. En attendant, l’agence régionale de santé préconise une surveillance sanitaire renforcée des enfants.