« Ce n’est pas dans la rue qu’on attrape le Covid-19, mais confiné à la maison »

André Bercoff reçoit le Professeur Didier Raoult, auteur de « Carnet de guerre COVID-19-Le plus grand scandale sanitaire du XXIème siècle » (Editions Michel Lafon). Il répond à toutes les questions liées à la crise sanitaire : vaccination, variants, reconfinement.

Didier Raoult , 29 janvier

Corruption is the ultimate betrayal of public trust | United Nations

  • timer2 min
  • today2021-01-21 12:37
  • personUnited Nations
  • linkun.org

Corruption is criminal, immoral and the ultimate betrayal of public trust. 

It is even more damaging in times of crisis – as the world is experiencing now with the COVID-19 pandemic.

The response to the virus is creating new opportunities to exploit weak oversight and inadequate transparency, diverting funds away from people in their hour of greatest need.  

Governments may act in haste without verifying suppliers or determine fair prices. 

Unscrupulous merchants peddle faulty products such as — defective ventilators, poorly manufactured tests or counterfeit medicines.   

And collusion among those who control supply chains has led to outrageous costs of much-needed goods, skewing the market and denying many people life-saving treatment

We must work together to stop such thievery and exploitation by clamping down on illicit financial flows and tax havens; tackling the vested interests that benefit from secrecy and corruption; and exercising utmost vigilance over how resources are spent nationally.

Together, we must create more robust systems for accountability, transparency and integrity without delay. 

We must hold leaders to account.

Business people must act responsibly.

A vibrant civic space and open access to information are essential.

And we must protect the rights and recognize the courage of whistle-blowers who expose wrongdoing.

Technological advances can help increase transparency and better monitor procurement of medical supplies.

Anti-corruption bodies need greater support and empowerment.

The United Nations itself continues to prioritize transparency and accountability, in and beyond the COVID-19 response. 

For many people in all regions, corruption has been a long-standing source of distrust and anger against their leaders and governments.

But corruption in the time of COVID-19 has the potential to seriously undermine good governance around the world, and to send us even farther off-track in our work to achieve the Sustainable Development Goals.

I urge all governments and all leaders to be transparent and accountable, and to use the tools provided by the United Nations Convention against Corruption.

As an age-old plague takes on new forms, let us combat it with new heights of resolve.

Secretary-General looking up next to the UN flag.

António Guterres


Many scientists citing two scandalous COVID-19 papers ignore their retractions

sciencemag.org

This article has been shared by stefan with wallabag.E. Petersen/Science

This story was supported by the Science Fund for Investigative Reporting. Please help Science pursue ambitious journalism projects.

In June 2020, in the biggest research scandal of the pandemic so far, two of the most important medical journals each retracted a high-profile study of COVID-19 patients. Thousands of news articles, tweets, and scholarly commentaries highlighted the scandal, yet many researchers apparently failed to notice. In an examination of the most recent 200 academic articles published in 2020 that cite those papers, Science found that more than half—including many in leading journals—used the disgraced papers to support scientific findings and failed to note the retractions.

COVID-19 “is such a hot topic that publishers are willing to publish without proper vetting,” even in the face of retractions that made global headlines, says Elizabeth Suelzer, a reference librarian at the Medical College of Wisconsin who has written about problematic citations to a retracted 1998 study in The Lancet falsely linking vaccination to autism.

Both of the retracted COVID-19 papers, one in The New England Journal of Medicine (NEJM) and the other in The Lancet, were based on what appeared to be a huge database of patient records compiled from hospitals worldwide by Surgisphere, a small company operated by vascular surgeon Sapan Desai, who was a co-author on each article. The 22 May 2020 Lancet paper ostensibly showed that hydroxychloroquine, an antimalarial drug promoted by President Donald Trump and others, could harm rather than help COVID-19 patients. Its publication led to a temporary halt in a major clinical trial and inflamed an already-divisive debate over the drug, which has proved to be no help against COVID-19. The 1 May NEJM article corroborated other evidence that people already taking certain blood pressure medicines did not face a greater risk of death if they developed COVID-19.

Questions soon arose about the validity, and even existence, of the Surgisphere database, however, and the retractions followed on 4 June. But of the 200 papers examined by Science—all published after the retractions—105 inappropriately cited one of the disgraced studies. In several cases it was a primary source for a meta-analysis combining multiple studies to draw overarching conclusions. In most, the studies were cited as scientific support or context. Science also found a handful of articles that uncritically cited an influential April preprint based on the same Surgisphere data set, which described the antiparasitic drug ivermectin as beneficial in critical COVID-19 cases. (There is no standard way to retract preprints, however.)

Ivan Oransky, co-founder of the website Retraction Watch, says such blunders occur because “people are either willfully or negligently not checking references.” Many authors copy and paste lists of apparently relevant citations from similar papers without actually reading them, he says. “It’s frightening. It’s terrible, but common.”

Many of the tainted citations appeared in papers published by little-known journals, but at least a dozen found their way into major publications. For example, three articles in PLOS ONE, the prominent open-access journal, cited the retracted papers in discussions of pandemic conditions in Europe. A 28 December paper in the Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS)—one of the most influential journals—discussed the risks and benefits of drugs to treat COVID-19 and noted the Lancet retraction in its citations, yet the text merely noted the paper’s hydroxychloroquine findings as “controversial.”

Related

See all of our coverage of the coronavirus outbreak

Editors at those two publications said they would correct the references and take steps to prevent such problems in the future. Renee Hoch, a PLOS ONE editor and publication ethics manager, wrote in an email that the publication relies on authors and its outside, volunteer editors to check citations, and she was caught by surprise when contacted by Science. “We are currently following up on this issue with high priority in light of the implications for public health and ongoing COVID-19 research,” she wrote.

Hoch added that reliance on retracted work, “either directly or in the form of supporting references,” can be harmful. “[W]here the retracted work has clinical implications, this can result in direct risks to patients.”

In a written response to questions about the citation of the Lancet paper, May Berenbaum, editor-in-chief of PNAS, said, “The authors really should have either removed the citation, added more text about why they included it, or cited the retraction notice itself.” Given that no editor or reviewer caught the problem, she said, “I plan to discuss with the staff incorporating such screening into manuscript processing.” A co-author of the paper, biostatistician Clelia Di Serio of Vita-Salute San Raffaele University, later said the reference to the Lancet paper would be expunged.

Some journal editors noted extenuating factors. In Stroke, a leading medical journal, a December article about ischemic stroke in COVID-19 patients referenced the NEJM paper without mentioning the retraction. Stroke Editor-in-Chief Ralph Sacco wrote in an email that the retraction occurred after the article was initially received. However, a revision of the article was resubmitted months after the event, according to the paper itself. Sacco said he would issue no correction because the retraction “is not material to the findings.”

A 16 December paper on SARS-CoV-2 genetics in Nature Communications, another high-profile journal, also cited the NEJM article without reference to the retraction. Elisa De Ranieri, the journal’s editor-in-chief, told Science her journal does not routinely check for “retractions or other postpublication updates.” A lead author of the paper, biomathematician Maik Pietzner at the University of Cambridge, said that although the paper was submitted after the retractions occurred, it was written beforehand, and “the current pandemic requires immediate response.” However, the paper was published 4 months after its submission.

Suelzer says inappropriate citations of retracted articles are hard to excuse. Retraction Watch publishes a free retraction database that has been integrated into a number of automated services to check citations, including scite.ai, Zotero, and RedacTek. The failure to use such tools “is a disservice to the readers and researchers,” Suelzer says. “They are pretty low bars.”

Yet Oransky estimates that in biomedicine, up to 90% of citations to retracted papers don’t mention their fall from grace. “Half the time [as seen with the Surgisphere papers] is an improvement. That’s what’s shocking about it.”


Démission de Dominique Martin, Directeur Général de l’ANSM. Scandale de trop, Remdesivir, hydroxychloroquine ou Rivotril?

  • timer10 min
  • today2021-01-21 12:32
  • create2020-11-27 10:03
  • linkfrancesoir.fr

article mis à jour le 2 puis le 6 décembre 2020

Une annonce parue ce 27 novembre qui n’a pas été commentée par  le ministre de la Santé

L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM) annonce la démission de son directeur général Mr Dominique Martin « à sa demande ».  La publication au journal officiel fait état que Mme Ratignier-Carbonneil est chargée d’exercer cette position par intérim.  Cela fait suite à une proposition de l’Elysée du 9 novembre 2020 de la nommer au poste de directeur général

Guerre de pouvoir ou ce scandale de trop

Le directeur général de l’ANSM, censé être autonome, est sous tutelle ministérielle. Après les scandales de la Dépakine, de l’essai mortel Biotrial, l’ Uvestérol D et du Levothyrox voilà que l’ hydroxychloroquine aurait des effets graves et mortels.  D’un côté l’hydroxychloroquine qui a fait l’objet d’un surprenant refus de règlement temporaire d’utilisation à la demande de l’IHU de Marseille ou le remdesivir, traitement dont nous avions alerté de la toxicité et des problèmes dès le mois d’avril feront surement partie du scandale de trop, pour ne pas parler du Rivotril administré comme traitement compassionnel à nos ainés.  Serait-ce les diverses enquêtes et instructions en cours qui auraient poussé Mr Martin à démissionner ou bien tout simplement une guerre de pouvoir au sein de l’ANSM ? 

Lors de la commission d’enquête sénatoriale le 22 octobre 2020, Dominique Martin avait déclaré en justifiant la ATU (autorisation temporaire d’utilisation) de cohorte accordée au Remdesivir (traitement aujourd’hui déconseillé par l’OMS)  « cette grande étude extrêmement solide qui a montré cette réduction d’hospitalisation »

Une association avait évoqué le sujet

L’association BonSens.org avait demandé à ses membres d’envoyer un courrier à leur député les alertant sur le manque de transparence et les problèmes au sein de l’ANSM afin que lumière soit faite.

« Il y a actuellement une commission d’enquête sur la crise sanitaire mais sauf erreur de ma part, Monsieur Dominique Martin, dirigeant l’Agence Nationale de la Sécurité du Médicament et des produits de Santé (ANSM) n’a pas été auditionné. Et je m’en inquiète.

Monsieur Dominique Martin semble avoir joué un rôle central en ce qui concerne la polémique concernant les traitements précoces qui permettent de soigner les patients afin d’éviter des conséquences funestes et des hospitalisations » peut-on lire.  Le courrier entier se trouve sur le site de BonSens.org en date du 26 novembre 2020.  Un de ses membres nous dit : « ce courrier a été élaboré le 22 novembre et envoyé à certains députés dès le 24 novembre 2020. »

Un excès ou abus de pouvoir avant de partir (ajouté le 2 décembre 2020)

L’arrêté ministériel disait bien que c’était à sa demande que les fonctions de Dominique Martin ont cessée. Il a bien été nommé le 1er septembre 2014 et son mandat était bien pour une durée de six ans maximum comme le confirme cet article de Légifrance.

Son mandat a donc pris fin le 31 aout 2020. Donc Dominique Martin ne pouvait être en fonction à l’ANSM après le 1er septembre 2020.  Rappelons que Dominique Martin a signé le refus d’un règlement temporaire d’utilisation pour l’hydroxychloroquine le 21 octobre 2020.  

Le refus de RTU pour l’usage de l’hydroxychloroquine se rajoute donc à de nombreux autres faits contestables sous sa mandature.  Il peut être interprété comme un excès ou abus de pouvoir puisqu’il n’était plus en fonction

Le lendemain de son départ « à sa demande », un communiqué précisait que Mr Martin est nommé médecin conseil national à la Caisse Nationale d’Assurance Maladie. 

Un observateur proche du dossier, nous faisait remarquer que

Le gouvernement le recase dans un poste où il peut être payé jusqu’à ses 70 ans en reculant l’age de départ à la retraite. 

Qui est Mme Ratingnier-Carbonneil ?

Sur le site de l’ANSM on peut lire Titulaire d’un doctorat en immunohématologie, le Dr Christelle Ratignier-Carbonneil est actuellement directeur adjoint à la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS), où elle dirige le département des produits de santé, en charge des activités relatives aux médicaments, aux dispositifs médicaux et aux actes de biologie, ainsi que les relations conventionnelles avec les pharmaciens d’officine, les professionnels des dispositifs médicaux et les biologistes médicaux libéraux.

Chercheur de formation, Mme Ratignier-Carbonneil a exercé entre 2002 et 2010 plusieurs fonctions en lien avec l’évaluation clinique des médicaments au sein de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, devenue ANSM.

Qui est Dominique Martin ?

Le CV de Mr Martin que l’on peut encore trouver sur le site de l’ANSM le présente comme une personne aux nombreux diplomes : énarque (promotion 1995-1997), DEA (Diplôme d’étude approfondies sur l’anthropologie structuraliste), Doctorat en médecine 1984, et un certificat d’études spécialisées en psychiatrie de 1991.

Dominique Martin a notamment été directeur des programmes à Médecins sans frontières (MSF) et conseiller social auprès du préfet de Paris. De 2001 à 2002, il est nommé conseiller technique au cabinet de Bernard Kouchner, ministre de la Santé, et est en charge des relations avec les professionnels de santé libéraux et de la préparation des projets de loi.

De 2002 à 2011, il est directeur de l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (ONIAM), puis, en 2011, il prend la tête de la branche des risques professionnels à la Caisse nationale d’assurance-maladie. Il a été nommé en 2014 à la tête de l’ANSM.

Retrouvez aussi le débriefing du Pr. Paul Trouillas, neurologue qui nous parle de ses actions suite à la suspension de prescription de l’hydroxychloroquine et à l’autorisation de prescription du Rivotril en compassionnel aux ainés.  Il y parle de l’ANSM.https://www.youtube.com/embed/bPwMTE_KRSI

ANNEXE I curriculum vitae Dominique MARTIN

I – Activités professionnelles

1)  En tant qu’administrateur civil (ENA 1995 -1997)

 Depuis le 21 septembre 2011 : directeur des risques professionnels à la CNAMTS, en charge de la direction de la branche de la sécurité sociale, régime général, accidents du travail / maladies professionnelles, réseau d’environ 8000 agents répartis sur l’ensemble du territoire  au  sein  des  caisses  primaires  d’assurance  maladie  (CPAM)  et  des  caisses régionales d’assurance retraite et de santé au travail (CARSAT).

 Mai 2002 – septembre 2011 : directeur de l’office national d’indemnisation des accidents médicaux (ONIAM), établissement public national à caractère administratif, sous tutelle du ministre en charge de la santé (nommé par décret du Président de la République, renouvelé pour 3 ans en septembre 2005 et pour 3 ans en septembre 2008).

 Mars 2001 – mai 2002 : conseiller technique au cabinet de M. Bernard Kouchner, ministre délégué à la santé, plus particulièrement en charge des relations avec les professionnels de santé libéraux et de la préparation des projets de loi.

 Septembre 1999 – mars 2001 : conseiller technique au cabinet de Mme Dominique Gillot, secrétaire d’État à la santé.

 Septembre 1998 – septembre 1999 : conseiller social auprès du Préfet de Paris.

 Avril 1997 – août 1998 : affecté à la direction générale de la santé : en charge pour le compte de la direction générale de la santé, de la préparation de loi de 1998 relatives aux agences sanitaires.

2)  Autres activités

 Responsable de programme à médecins sans frontières (91 à 93) Investissement plus particulier sur les terrains de conflits.

Travail dans différentes langues, tant avec les interlocuteurs locaux (représentants gouvernementaux, forces militaires et guérillas, ONG locales, personnel local) qu’avec les personnels étrangers (organisations internationales, membres de forces armées, organisations non gouvernementales). Langues parlées : anglais, espagnol.

 Membre du conseil d’administration de MSF (90 à 91)

 Directeur de l’association « migrations santé » (90 à 91) en contrat avec le ministère de la santé. Structure composée de 12 personnes travaillant sur l’accès aux soins des migrants.

 Volontaire sur le terrain avec médecins sans frontières (83 à 89). Missions dans de nombreux  pays,  essentiellement  sur  des  terrains  de  conflits :  Afghanistan,  Somalie,  El Salvador, Yougoslavie, Rwanda, Libéria, notamment.

 Interne en psychiatrie (84 à 90) dans divers hôpitaux parisiens.

II – Diplômes obtenus et formations suivies

Administration

 Préparation au concours d’entrée à l’ENA (I.E.P, Paris) (1993/1994).

 Reçu au concours de 1994 : promotion ENA 1995/1997.

Sciences Sociales

 Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) : école normale supérieure (rue d’Ulm, Paris) / école des hautes études en sciences sociales (1990). Diplôme centré sur l’anthropologie structuraliste (mémoire de DEA réalisé avec le laboratoire d’anthropologie du collège de France) et sur la sociologie des actions collectives.

Santé Publique

 Certificat d’études statistiques appliquées à la médecine (1986).

Médecine

 Doctorat en médecine (1984)

 Internat des hôpitaux de Paris (concours de 1984)

 Certificat d’Etudes Spécialisées en psychiatrie (1991)

PRINCIPALES PUBLICATIONS RECENTES

Depuis 2012

 Chronique juridique trimestrielle dans la revue : Journal de la santé et de l’assurance maladie

(JDSAM)

2011

 Accident médical et dommages psychiques : éléments de problématique, RDSS, N°6, novembre-décembre 2011, p.1084-1093

2010

 L’expression de la solidarité nationale, Cahiers hospitaliers, dossier accidents médicaux :

quand la loi Kouchner fait débat, mars 2010.

 L’expertise en responsabilité médicale : de critiques en réformes, Les Tribunes de la Santé, n°27 (2) 2010.

 Publication dans le Lamy santé en cours de préparation.

2009

 L’indemnisation des victimes d’accidents médicaux et ses mécanismes de financement, Les

Tribunes de la Santé, n°24, automne 2009, p. 29-40.

 L’aléa thérapeutique et l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux. Annales de la régulation, volume 2, p. 453, Institut de Recherche Juridique de la Sorbonne, 2009

 Les    limites    de    la    réparation    du    préjudice :    Séminaire    « Risques,    assurances, responsabilités » organisé par la Cour de Cassation, l’Ordre de avocats au Conseil d’Etat, l’IHEJ, l’lEN3S et le CHEA, Dalloz, Coll. Thèmes et commentaires, 2009

2008

 Référentiel d’indemnisation : celui de l’Oniam n’est pas un barème, Le Concours médical, n°

19/20, 16 décembre 2008, p. 978-980.

 Le dispositif d’indemnisation des victimes d’accidents médicaux par la voie du règlement amiable, dans « L’évolution des droits du patient, indemnisation sans faute des dommages liés aux soins de santé : le droit médical en mouvement, sous la direction de Geneviève Schamps, Editions juridiques Bruylant et LGDJ, 2008.

 La  politique  d’indemnisation  de  l’ONIAM :  colloque  organisé  par  le  Conseil  National  du Barreau sur l’indemnisation du dommage corporel : une réparation à géométrie variable, La Gazette du Palais, 18-19 avril 2008, p. 46-48

 Indemnisation : la voie du règlement amiable, Revue hospitalière de France, janvier-février

2008, p. 50-51.

2007

 L’apport  de  la  jurisprudence  au  fonctionnement  du  dispositif  de  règlement  amiable  des accidents médicaux, La Gazette du Palais, 16-17 novembre 2007, p. 15-20.

 Le nouveau droit de l’indemnisation des risques sanitaires : entre procédures et contentieux, dans « les droits des malades et des usagers du système de santé, une législature plus tard : actes du colloque organisé par la chaire Santé de Sciences Po en partenariat avec le Collectif interassociatif sur la santé, le 1er mars 2007 », sous la direction de Didier Tabuteau,

Presses de Sciences Po, 2007.

 Les droits des personnes malades, en collaboration avec Didier Tabuteau, dans « Traité de santé publique, 2ème éd., sous la direction de F. Bourdillon, G. Brücker et D. Tabuteau, Coll. Médecine-Sciences, Flammarion, 2007.

2006

 L’indemnisation  des  victimes  d’accidents  médicaux  comme  politique  publique,  Recueil

Dalloz, 2006, n° 44, p. 3021-3025.

 L’indemnisation des victimes d’accidents médicaux n’est pas un marché, mais un contrat social, en collaboration avec Sabine Gibert, Revue générale de droit médical, n° 21, 2006, p.

161-172.

 Dispositif de règlement des accidents des accidents médicaux : équité et action publique,

Risques, n° 68, décembre 2006, p. 92-98

 Rôle de l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (ONIAM) : bilan des quatre premières années de fonctionnement, dans « De la sanction à la prévention de l’erreur médicale : propositions pour une réduction des évènements indésirables liés aux soins », dans le rapport de l’Académie de médecine, sous la direction de G. David et C. Sureau, Editions Médicales Internationales et Lavoisier, 2006.

2005

 Le dispositif d’indemnisation des accidents médicaux mis en œuvre par la loi du 4 mars 2002,

la Semaine Juridique Administrations et Collectivités territoriales n°30, 25 juillet 2005, 1290

 La réparation des accidents médicaux : un engagement fort de la solidarité nationale, en collaboration avec Philippe Tréguier et Olivier Saumon, La Gazette du Palais, 5 juin 2005, p.2

2004

 La  judiciarisation  de  la  médecine :  mythes  et  réalités,  en  collaboration  avec  Laurence

Hemlinger, Sève, hiver 2004.

 Les droits des personnes malades, en collaboration avec Didier Tabuteau, dans « Traité de santé publique, sous la direction de F. Bourdillon, G. Brücker et D. Tabuteau, Coll. Médecine- Sciences, Flammarion, 2004.

2003

 L’indemnisation par la solidarité nationale, dans « la loi du 4 mars 2002 : continuité ou nouveauté en droit médical », sous la direction de Georges Fauré, PUF, coll. CEPRISCA,

2003.