Vaccin anti-Covid : six cas d’effets secondaires graves recensés par l’ANSM

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) est chargée d’évaluer et de suivre les risques sanitaires liés aux médicaments et des produits de santé destinés à l’être humain. En ce moment, toute son attention est tournée vers la surveillance des effets secondaires liés à l’injection de la première dose du vaccin Pfizer-BioNTech, dénommé maintenant Comirnaty. Dans son dernier rapport, paru le 14 janvier dernier, elle indique que six cas d’effets secondaires graves sont survenus pour le moment, pour un total de 318.000 personnes vaccinées à la même date.

Il s’agit de quatre cas de réactions allergiques et de deux cas de tachycardies, des événements indésirables qui ont évolué favorablement, sans mettre en danger la vie des personnes concernées. L’ANSM décrit également le cas d’un résident d’Ehpad vacciné le 13 janvier, qui est décédé environ deux heures après l’injection. Le patient n’a eu aucun effet secondaire grave suivant la vaccination et aucun élément ne permet de conclure que sa mort est due à la vaccination. Il suivait un traitement lourd et avait de nombreux antécédents médicaux selon l’ANSM.

Une trentaine de signalements a été recensée sur le site de la pharmacovigilance. L’ANSM reste vigilante concernant les cas de paralysie faciale décrits à l’étranger, mais selon les premiers éléments, l’incidence de ce phénomène n’a pas augmenté avec le début de la campagne de vaccination. Le premier rapport détaillé sur les effets secondaires liés à l’injection du vaccin Comirnaty est attendu pour la semaine prochaine.

L'ANSM a recensé pour le moment six cas d'effets secondaires sévères suite à la vaccination anti-Covid-19. © Vasilis Asvestas, Shutterstock

L’ANSM a recensé pour le moment six cas d’effets secondaires sévères suite à la vaccination anti-Covid-19. © Vasilis Asvestas, Shutterstock 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *